dimanche 3 novembre 2019

Renault 8 Gordini Heller 1/24

Je vous présente ma Renault 8 Gordini
 à l’échelle 1/24 ème
de la marque Heller.
J'ai réalisé un montage "soft"
sans aucuns logos de compétition.







Présentation de cette maquette.

Sa première sortie au catalogue de la marque Heller remonte à 1969. A l'époque les boites avaient un superbe packaging avec un magnifique dessin de Mr Paul Langellé (photo 1).
Pour sa réédition, en 2018, la marque a repris le même dessin de la voiture, mais à mon goût, sur un fond plus austère je trouve (photo 2). Ma préférence se porte donc sur la version originale !
Pour info les moules de cette maquette ont été racheté et commercialisé sous d'autres marques.


Découvrons le contenu de cette boite. La Notice de montage reprend en couverture le dessin de cette R 8 (photo 3), les schémas de montage, avec quelques couleurs, sont assez simple, je dirais basique (photo 4). La planche de décalques est de très bonne qualité, elle est réalisée par la marque Renaissance (photo 5). Elle vous permet de réaliser 3 décos, une simple type "soft" celle qui me concerne et deux autres en rapport avec les rallyes 

Si vous souhaitez agrandir une carte postale (photos)
- un clic gauche sur celle-ci puis
- un clic droit et "ouvrir l'image dans un nouvel onglet"
- et dans ce nouvel onglet vous pourrez Zoomer.
Lorsqu'un mot est écrit en Gras vous pouvez cliquer sur ce mot et 
vous serez redirigé vers une page internet avec diverses informations.





Voici les différentes grappes :

- En bleu la grappe D qui regroupe les principales pièces de   carrosseries (photo 6)
- En gris clair les grappes A & B qui regroupent les pièces principales du moteur, des suspensions et de carrosseries intérieures 
- En vinyle très souple noire la grappe E qui comprend les pneus (logiques)... Et les sièges, l'arceau de sécurité et quelques pièces de mécanique. Je trouve cela vraiment de très mauvaise facture !!!
- En plastique transparent la grappe F où l'on retrouve les pièces habituelles qui concernent les différentes vitres, optiques de phares et clignotants  (photo 7).



- Et voici la grappe C avec sa grosse surprise (photo 8) !!!
  Le pare choc avant trouvé tordu (photo 9)
  Une baguette latérale cassée (photo 10) 

Je trouve cela vraiment navrant, des défauts de fabrication de ce type.... Je pense qu'il n'y a aucune vérification de faite avant la mise en boite des grappes. 



J'ai donc contacté le S.A.V. de la marque par e-mail, en joignant des photos et mon ticket de caisse.
Dans un délai très bref (moins d'une semaine) ils m'ont fait parvenir une grappe de remplacement.
Sur cette grappe étaient manquante quand même 3 pièces (photo 11).
Pour moi cela n'avais aucune incidence pour mon montage.
Pour ma part j'ai trouvé ce service très réactif ! 
Pour l'anecdote, en consultant divers forum de maquettisme, il s'avère qu'il y a souvent de gros défauts, absence de grappe voir même de carrosserie ou celle-ci vrillée.
Allez regardons, si vous le voulez bien, le verre à moitié plein !
Nous avons, malgré ces défauts de fabrication, le plaisir de retrouver cette Renault 8 Gordini sur notre établi et bientôt dans nos vitrines.   



J'ai choisi de peindre en Bleu France ma maquette, pour cela j'utilise le bleu R8 Gordini ref ZP-1510 de la marque ZéroPaints (photo12).
 J'ai déjà utilisé cette peinture, notamment pour une "Cox Jeans" . 
En consultant son montage vous trouverez mon avis sur cette peinture.


Avant d’attaquer la mise en peinture et le montage,

 Séquence histoire !!!

La Renault 8 fut produite à partir de 1962 et au Salon de Paris 1964 éclate une nouvelle bombe...
la R 8 GORDINI !!!
Nous pouvons considérer que c'était la première GTI. Elle affiche une puissance pratiquement doublée par rapport au modèle de base (77ch Din) et une présentation très  sportive avec sa fameuse robe Bleue France à double bande blanche.
Quelques 2623 exemplaires seront produits en dix-huit mois.
En mars 1966 apparaît une évolution de 1300 cm3
 (1255 cm3 en fait) plus puissante de 88 ch Din et grande nouveauté une boite à cinq rapports.
Les doubles projecteurs seront de série mais les bandes blanches et sa couleur bleue si caractéristique seront facultatifs.



Cette bombe fut réalisée par "Le Sorcier" Amédée Gordini.
Elle a permis à toute une clientèle d’enthousiaste et d'amateur de conduite sportive de satisfaire leur passion pour le prix d'une voiture de grande série.
En 1966 fut crée "La coupe Nationale Renault 8 Gordini" qui permettait de courir en Rallye et en course de côte.
A partir de 1967 les courses sur circuits se sont développées, ce qui a permis  à de jeunes talents de ce faire remarquer.




En septembre 1968 apparition
 du Blanc 322, du Jaune 386 et du Rouge 717.

Voici quelques photos des voitures créées par 
Amédée Gordini 

prise de vue réalisées au musée de l'automobile 
en novembre 2019








Sources diverses,
 internet, forum, revue spécialisée...

Pour ma part, comme indiqué au début de mon article, je vais réaliser mon montage en version
Bleu France dite "soft"
avec les sièges baquets et les jantes Delta Mics, très bien reproduit par Heller.



Le montage de cette voiture 

Je vais réaliser un montage "Sortie de la boite" sans apporter de grosses modifications. 
Je débute par le montage du moteur, avec le perçage de la culasse et de la tête de distribution de l'allumeur avec un forêt de 0,5 mm. Ces trous vont me permettre de placer le faisceau d'allumage (photos 13 & 14). 
  

Pour la mise en peinture de ce moteur je n'ai pas respecté, volontairement, les couleurs indiquées sur la notice. Après avoir effectué des recherche sur la toile il s’avère par exemple que le bloc moteur peut avoir diverses couleurs (noir, vert, alu, rouge...) donc pour ma part j'ai peint celui-ci en bleu X4 Tamiya.
La boite à vitesse est peinte en Fer Brulé H76 de chez Gunze, la culasse en Alu XF-16 le ventilateur en Orange X6.
Pour compléter ses couleurs j'ai effectué un brossage à sec en Alu (photos 15 à 18).


Maintenant je passe à la mise en peinture des pièces complémentaires du moteur, les échappements, le silencieux, le filtre à air... (photos 19 & 20).


La mise en peinture de ces pièces est toujours d'une libre expression, par exemple les amortisseurs en rouge H3 de chez Gunze (photo 21).
N'en déplaise à certain pinailleur de la maquette ces couleurs sont bien réaliste. 
J'ai appliqué les décalques sur le bouchon de remplissage d'huile ainsi que sur le filtre à air (photos 22 & 23).




Pour finir cette partie moteur j'ai appliqué du Panel Line Accent Color de chez Tamiya, en noir et gris. Pour faire simple j'ai appliqué un jus... (photos 24 & 25).



Maintenant je colle le moteur sur son châssis, après avoir collé les pièces de carrosserie du compartiment moteur (photos 26 à 30).
  Il me restera à fixer les pièces complémentaires du moteur, échappement, train arrière...



Place au train avant avec sa mise en peinture (photo 31) avec un soin plus particulier aux amortisseurs où je fais ressortir visuellement les ressorts,
 en appliquant avec un stylo adéquat la couleur 
 "Sylver" (photo 32).



Au début de mon article je vous avais donné mon avis sur les jantes, elles sont bien reproduites... Jusqu'à ce que mon attention soit attirée par le moulage, l'absence du relief sur certaine partie es- ce normal ??? (photo 34).
J'ai recherché sur le net des photos des jantes
 de la marque Delta-Mics et effectivement il manque une partie en relief... Cela est normal car il y a les orifices pour le passage des écrous de roues (photo 33).

Comme vous pouvez voir il y a 3 goujons par roues (photo 35) donc il ne me reste plus qu'à faire 12 écrous de roues. 
Pour les réaliser j'ai utilisé la partie Mâle d'une bande
 Auto-Agrippante, plus connue sous le nom de Velcro en couture.
J'ai coupé les têtes (photo 36), comme vous pouvez le constater c'est infiniment petit, puis coller à la cyano sur les jantes à leurs emplacements prévus (photo 37).
Pour que cette modif soit visible je décide de laisser mes écrous en noir autant que ce boulot de dingue soit visible.
Je remercie mon ami Didier, membre du C.A.C. et
  du forum 72e DBM de m'avoir transmit cette astuce du "Velcro". 




Premier montage à blanc des roues sur le train avant pour vérifier que cela tombe à pic (photos 38 à 41).
Notamment pour que les roues soient bien parallèle et bien perpendiculaire au châssis (photo 42)



J'ai peint le tableau de bord en noir satiné en H2 de chez Gunze, après avoir obstrué les 2 orifices de droite représentant les boites à gants et avoir collé la colonne de direction (photo 43)
Le décalque des différents compteurs est de très bonne qualité (photo 44) un seul bémol ! 
Les compteurs sont imprimés en un seul décalque, j'ai préféré les détourer un à un pour les appliquer (photo 45) ce qui évite de voir le film du support du décalque. 



Les décalques sont appliqués, j'ai fait ressortir les différents interrupteurs par un marquage à l'aide d'un stylo "Sylver" puis j'ai appliqué 2 couches de Klir sur cette partie du tableau de bord.
Sur le commodo j'ai rajouté les commandes des clignotants et des essuie-glaces (photo 46).
Comme vous pouvez le constater les compteurs sont vraiment bien représentatif (photo 46 & 47).


Maintenant la mise en place du volant "3 branches" avec en son centre le décalque des losanges Renault et Gordini (photo 48).
L'ensemble tableau de bord volant est assez cohérent (photos 49 & 50).



A ce stade du montage je passe à la carrosserie, je colle la partie arrière du compartiment moteur. Pour cela je positionne le capot moteur sur la caisse et je le fais maintenir avec de la bande cache Tamiya (photos 51 à 53).



Pour coller cette pièce je me repère aux reliefs des ailes arrières, attention le fabriquant n'a mis aucun ergot de centrage (encore un point négatif sur cette maquette). Les points de repères que j'ai utilisés sont indiqués par des flèches blanches (photos 54 à 56). 



Après avoir collé cette pièce, j’applique à l’intérieur un petit filet de colle dans les angles afin de renforcer l'assemblage (photos 57 & 58).
Il faut utiliser la colle avec parcimonie et bon escient, les 2 bons copains du colleur de plastique !
Car vous risquez de foutre en l'air, à ce stade du montage, la réalisation correcte de cette maquette,  pour ma part ce collage est bien positionné (photos 59 & 60).


Encore un bémol sur cette maquette, les grilles de ventilations avant. Elles sont représentées, mais pleines !
J'ai décidé de les ouvrir, pour cela j'ai d'abord percé dans les rainures des trous de 0,45 mm (photos 61 & 62).




Puis avec une petite lime (merci Pierre, ces outils sont très utiles) j'ai délicatement ajusté cette grille (photo 63). Comme vous pouvez le voir la grille est très petite avec ce comparatif
 d'une pièce de 1 ct (photo 64 65).




J'effectue bien sûr la même opération sur la grille droite (photo 66).
Voila les 2 grilles sont ouvertes, il ne me reste plus qu'à poncer avec du papier à grain fin pour les ébavurer  (photo 67).


Dans cette maquette, si vous le souhaitez, vous pouvez mettre des élargisseurs d'ailes à l'avant. Pour ma part je réalise une R8 dite "Soft" donc je décide de ne pas les coller, ceci n'est pas un oubli de ma part !
Je prépare donc la mise en peinture de la caisse en appliquant 2 couches de "Surface Primer Fine" blanche de chez Tamiya (photos 68 à 71). Ceci pour uniformiser la couleur de base et réaliser une meilleure accroche pour la peinture définitive.


Pour faire ressortir les lignes de structure de la voiture, notamment les portières et la grille sur le capot avant, je passe un crayon noir bien taillé, dans les rainures de celle-ci (photos 72 à 74).




Encore un bémol sur cette maquette !
Les carottes d'injection du plastique dans les moules, à ce niveau là c'est plus des carottes mais des courgettes !!! Celles-ci sont trouvées sur les passages d'ailes avant et arrière (photos 75 & 76).
Pour les retirer j'ai utilisé mon outil multi-usage "Dremel" muni d'une fraise en forme de boule (photo 77).
Ce défaut de fabrication, avec les autres bien sûr me conforte dans mon avis.
La qualité de cette marque française (à la date de l'achat) a bien baissée.



Maintenant j'applique la peinture "Bleu France" en 4 couches très fine, avec une pression de 0,9 bar.
Entre chaque couche j'attend environ 20 min (photos 78 à 81).



A ce stade de la peinture, j'oublie volontairement la caisse quelques jours pour avoir un séchage complet de la peinture.

Pendant ce temps je travaille sur les panneaux intérieur, 
les contre-portes. Les pièces sont apprêtées et je décide de remplacer les sangles de fermetures des portières qui sont vraiment trop trop grossières, allez encore un bémol !!!
Pour réaliser ces sangles j'ai utilisé tout simplement une capsule de café qui est en aluminium (photo 82). J'ai découpé des bandes d'environ 2 mm de largeur (photos 83 & 84). Puis j'ai mis en forme ces bandes (photo 85).  




Les panneaux sont peint en bleu puis les garnitures sont peintes en noir satiné. J'ai voulu délimiter les zones à peindre avec de la bande cache mais le relief de ces garnitures est insignifiant (tiens encore un bémol) donc j'ai appliqué cette couleur noire à main levée  (photo 86) sans chercher à faire un travail de précision devant la piètre qualité de cette production de chez Heller. J'ai collé les poignets avec de la colle cyano en gel (photos 87 & 88).


Après quelques jours de séchage je reviens travailler sur la caisse, la peinture étant bien sèche.
Je peins en noir satiné le dessus du tableau de bord.
J’applique 2 couches de Klir (photos 89 à 92).


Pendant ce temps de séchage je reviens sur le moteur puis l'habitacle.
Je réalise une bobine électrique avec son câble primaire d'alimentation (photos 93 & 94).
Je colle les ailes intérieures sur le châssis puis la pièce qui représente un semblant de radiateur (photos 95 & 96).
Je vous conseille de découper cette pièce au niveau de la prise d'air et de coller le filtre à air en oblique vers le bas, pour pouvoir fermer le capot moteur. 
les tubulures d’échappements (en vinyle souple, encore un bémol lol) sont mises en place ainsi que le silencieux.



Je colle les amortisseurs, les cardans et les deux sorties d’échappements sur le silencieux (photos 97 à 100).



Je fini maintenant l'habitacle.
 Je passe une couche de Klir sur les sièges en vinyle souple (encore un bémol) pour pouvoir appliquer des décalques représentant les harnais (photos 101 & 102).
Puis une couche de vernis mat pour donner un aspect plus réaliste (photos 103 & 104).
J'aurais pu mettre des harnais en tissus avec des boucles en métal qui sont très réaliste mais puisque le fabriquant propose une maquette de piètre qualité je n'en vois pas l’intérêt !!!
Dans la série des pièces en vinyle souple je vais éviter de vous parler du pédalier, car la je vais être très désagréable envers la marque Heller, c'est du foutage de Gueule !!!



Bien je me suis calmé...
Je reviens sur la caisse, les deux couches de Klir sont bien sèches (photo 105), je passe dessus des outils rotatifs "polissoir" pour retirer les particules poussiéreuses prise dans le Klir (photo 106)
Avec de la bande cache je solidarise le capot moteur avec la caisse (photo 107) pour pouvoir appliquer correctement les décalques.


J'applique les décalques des bandes blanches en partant de l'avant, en me basant sur l'emplacement des optiques, puis le toit puis l’arrière avec son capot moteur (photos 108 à 111). Les décalques sont de très bonne qualité, de la marque Renaissance.




Je colle les panneaux de porte à l’intérieur de la caisse
 (photos 112 & 113).
Les optiques sont collés à la colle blanche par l’intérieur de la caisse (photo 114 & 115)


Depuis le début du montage j'ai indiqué beaucoup de "Bémol" 
mais là, surprise !!!
Sur cette maquette il y a des ampoules en plastique transparent (photo 116 & 117) un coup de peinture jaune translucide et l'affaire est dans le sac.
J'ai laissé les clignotants avant transparent, comme les modèles réels, contrairement à la notice de montage qui préconise de les peindre en orange translucide. J'ai juste appliqué cette couleur sur le fond de la pièce avec aussi une touche de couleur de "Sylver" pour représenter le support (photos 118 & 119).  



A ce stade du montage je reviens sur l'habitacle, je colle le tableau de bord, le rétroviseur (photos 120 & 121)
Sur les vitres latérales je fais ressortir les baguettes des vitres arrières par un trait de "Sylver", puis elles sont collées à la colle blanche ainsi que les clignotants arrières (photos 122 & 123).
Franchement je suis déçu de ce type de vitres latérales, qui est une simple plaque translucide avec, par exemple, aucun relief pour matérialiser le contour des joints... Comme le font d'autres marques, encore un Bémol !


Voici maintenant une phase délicate du montage, coller les baguettes latérales sur la carrosserie !
Une boulette est si vite arrivée... Pour ma part cela m'est arrivé avec le montage d'un COX .
Pour cela j'ai déposé de minuscule point de colle cyano en gel, avec la pointe d'un cure dent, dans les gorges qui reçoivent ces baquettes (photos 124 & 125).
Pour coller les poignets des portières j'ai utilisé le même procédé  (photos 126 & 127).



Les baguettes et les poignets sont bien sûr collées sur le coté gauche....
Ouf !!!
 Pas de dégât pour cette opération (photo 128).
Pour coller les feux de position latéraux j'ai utilisé le même procédé que pour coller les phares, c'est à dire colle à bois placée à l’intérieur de la carrosserie (photos 129 & 130)




Voici les essuie-glaces, très disgracieux à mon gout (photo 131) alors que dire des bras !!!
J'ai réalisé les bras en tige métallique, qui sont beaucoup plus fins que ceux fournis par Heller (dans le cercle bleu), encore un bémol (photo 132).
Pour placer ces deux appareils j'ai percé deux orifices de 0,3 mm (cercle noir).



Voila maintenant les deux ensembles, la caisse & le châssis,  sont presque terminés.
J'ai fixé le capot moteur avec ses charnières pour pouvoir présenter cette R8 capot ouvert ou fermé. Je ne suis pas convaincu de ce système de charnière proposé par la marque. Pour l'instant tout va bien, mais quel effet va t'il donner quand les deux ensembles seront collés ? 
Sur les harnais j'ai rajouté le logo de la marque de ce type de ceinture de sécurité, l'inscription est en jaune cela permet de la voir dans l'habitacle qui est assez sombre (photos 134 à 138). 




Voici un montage à blanc de l'ensemble (photos 139 à 142).
L'ensemble me parait correct, ça prend forme.



Les points de collages se trouvent à l'avant et à l’arrière et j'ai aussi placé de la colle sur les cotés pour rigidifier l'ensemble. J'ai placé de la bande cache pour serrer la caisse sur son châssis et laissé sécher une nuit (photo 143).


Mise en place des vitres avant et arrière.
Pour la vitre de la plage arrière aucun souci, mais alors pour le pare-brise, alors là !!!
Il est plus haut d'environ 3 mm (photos 144 à 146), je me pose la question... Comment font ils pour créer une maquette d'aussi piètre qualité chez Heller ???
Pour moi c'est le "BEMOL" de trop !
C'est un scandale.
Avec mon cuter j'ai délicatement coupé le surplus... Délicatement car il risque de se casser.


Pour coller cette vitre j'utilise simplement de la colle blanche, appelée communément colle à bois. En séchant celle-ci devient transparente et elle est assez adhésive pour maintenir les vitres.
J’applique donc un cordon de colle tout au tour du montant qui reçoit le pare brise puis je positionne ce dernier sur les montants, au préalable j'ai peint les contours des vitres avec un stylo peinture "Sylver" pour représenter le joint (photos 147 à 149)




Maintenant je fixe les balais d’essuie-glaces (photos 150 & 151).


Avant de placer les pares chocs je met en place les plaques d'immatriculations. 
Je réalise moi même ces plaques sous forme de décalques.
Sur mes maquettes je réalise mes immatriculations en fonction de dates qui me sont chères, dans ce cas la date
 de mon 1er jour de retraite, en l’occurrence
 2012 pour l'année,
 JUI pour juillet et
 01 pour le premier jour de ce mois
(photos 152 & 153).
Après je colle les pares chocs.



Voici les deux dernières pièces à coller.
Le rétroviseur conducteur, attention ne cherchez pas celui-ci sur les grappes, car cette maquette en est dépourvue (photo 154). J'ai posé la question sur les réseaux socio et comme réponse j'ai pu lire que les voitures de rallye de l'époque n'en n'étaient pas équipées. Pour ma part je pense que cette réponse est bidon ! 
Je pense que les concepteurs de cette maquette Heller les ont simplement oublié !
Et oui la série des bémols est longue. 
Car pour moi nous pouvons réaliser cette maquette sous trois versions, deux de rallye et une version civile.  
 J'ai récupéré un rétroviseur dans ma boite à rabiot et je l'ai peint en noir satiné puis collé sur son emplacement.
Pour donner une touche propre à mon montage,
 j'ai décidé de coller, sur le toit, un brin de fibre optique bleu
pour représenter l'antenne (photo 155).



Voila ma R 8 Gordini est maintenant terminée...
  














En conclusion cette maquette à juste le mérite d'exister !
 Car je trouve vraiment qu'il y a trop de défauts de conception à la base, trop de "Bémol" pour être gentil. 
J’espère qu'à l'avenir la marque Heller fera de gros progrès dans la réalisation de leurs nouvelles maquettes... Car après avoir monté dans leurs gammes les derniers modèles, le fourgon Citroën, la Méhari, la 2 Cv par exemple et cette R8, je suis déçu !


Montage réalisé de
 novembre 2019
à 
janvier 2020
Patrick

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos impressions...